Boxe Thailandaise

 

Muay-thaï (Source Wikipedia)

La boxe thaïe, ou muay-thaï (thaï : มวยไทย, « boxe du peuple Tai »), parfois appelée boxe thaïlandaise, est un sport de combat en usage dans les armées de l’empire khmer depuis le début de notre ère. Il fut adopté par les militaires thaïlandais au XVe siècle à la suite de la victoire du royaume Siam d’Ayutthaya sur les khmers d’Angkor. Il est classé en Occident parmi les boxes pieds-poings (BPP), c’est-à-dire les boxes dites « sportives ».

La boxe thaïe trouve son origine dans des pratiques martiales ancestrales, notamment dans ce qu’on appelle en Occident le muay boran (boxe traditionnelle) et du krabi krabong (pratique avec les armes). La boxe thaïlandaise de haut niveau, c’est-à-dire de compétition, nécessite :

  • de bonnes capacités cérébrales, (vision de jeu, prise de décision adéquate et rapide, intelligence de jeu…), et des capacités mentales indispensables, comme la détermination, la volonté et le courage ;
  • de fortes habiletés techniques avec comme support des aptitudes physiques telles que la souplesse musculaire, la vitesse et la capacité de réaction à un signal (réflexes) ; et de surcroit, pour le combat au K.O-system, la puissance musculaire.

La boxe thaïlandaise est un sport très populaire de par son efficacité.

Présentation

Le muay-thaï est la forme moderne (codifiée au début du XXe siècle) du muay-boran lui même issu du Pradal Serey (ancienne boxe libre khmère codifiée à la même époque appelée depuis le Kun Khmer), ainsi que de certaines pratiques martiales traditionnelles (dont quelques-unes sont inspirées du comportement animal). Parmi les styles les plus connus, on trouve :

La pratique de la boxe thaïlandaise est considérée comme sport national en Thaïlande. De nombreux petits clubs d’entraînement (appelés « camps ») parsèment le pays et accueillent les jeunes à partir de sept ans. Les combats importants sont régulièrement retransmis tous les samedis et dimanches par les chaînes de télévision régionales et nationales.

Entrée du Rajadamnoen.

Les deux stades de muay-thaï les plus connus se trouvent à Bangkok : ce sont le stade de boxe du Lumpinee et celui du Rajadamnoen. Connus dans le monde entier, ils sont considérés comme la référence sportive en muay-thaï. Le stade du Lumpinee est situé sur Rama IV Road, près du Lumpinee-park et géré par le gouvernement, tandis que le stade du Rajadamnoen, plus prestigieux et ancien, se trouve sur Rajadamnoen Nok Road, en face du quartier général de l’armée royale thaïlandaise, qui le gère.

Chez les professionnels, le combat se déroule en cinq rounds de trois minutes. Il est précédé par une « danse » rituelle : le ram-muay durant laquelle le nak-muay (boxeur) porte le mongkon (bande de tissu autour de la tête pour marquer la tradition du peuple Tai et entre autres, manifester le respect à son entraîneur et pour optimiser sa perception mentale). Cette danse est composée de gestes codifiés exécutés par les deux adversaires individuellement et qui peuvent être propres à chaque école ou style de muay-thaï.

Un petit orchestre composé d’un tambour, d’une cymbale et d’un hautbois nasillard (pi), rythme les différentes manches du combat (rounds).

Les coups autorisés sont les suivants : coups de poing, de coude, de genou et de pied. Les corps-à-corps peuvent être assez longs, et sont souvent l’occasion de coups de genou et peuvent se terminer par une projection voire être interrompus par l’arbitre. Le coup de pied circulaire à différentes hauteurs (tête, tronc et cuisses) est souvent délivré avec le tibia. Le coup de pied circulaire semble le plus usité et est souvent considéré comme le « coup de base » du combattant de compétition.

Les télévisions du monde entier retransmettent les grands combats de muay-thaï en Thaïlande et au Japon particulièrement le spectaculaire tournoi du K-1 (kick-boxing japonais) avec ses 20 000 spectateurs et ses bourses de plus de 200 000 $. Cette forme tenant en grande partie du muay-thaï et du karaté japonais (style kyokushinkai) a été influencée également par de nombreuses pratiques du Sud-Est asiatique, notamment par la boxe birmane (lethwei) et la boxe khmère (kun-khmer).

Historique

La genèse, l’histoire ancienne et l’image du muay-thaï sont présentées d’une manière standardisée dans une abondante littérature en Thaïlande. Les données historiques les plus anciennes, qui attesteraient de pratiques de boxe avant le XIXe siècle, sont inspirées principalement par les chroniques royales, plusieurs fois réécrites (notamment sous Rama Ier), après les destructions du XVIIIe siècle (chute d’Ayutthaya en 1767). S’il est donc difficile de confirmer l’historicité des légendes et de la genèse du muay-thai1 du point de vue thailandais; il est aujourd’hui connu et admis que les thailandais héritèrent des arts martiaux khmers ( Kbach Kun Boran Khmer ), à la suite de la victoire d’Ayutthaya sur le royaume khmer d’Angkor ( en 1431 ) dont il était jusqu’alors le vassal. Il ne faut donc pas ignorer la forte teneur idéologique, notamment nationaliste, qui préside en Thaïlande à la présentation des origines du muay-thaï (et du muay-boran), son histoire ancienne, et son image contemporaine2.

Selon la tradition, en 1411, à la mort du roi Sen Muang Ma, ses deux fils, Ki et Fang, voulurent s’emparer du pouvoir. Comme leurs armées respectives n’arrivaient pas à se départager sur un champ de bataille, ils décidèrent de régler leur conflit par un duel. Chaque camp choisit son meilleur boxeur. L’homme de Fang fut battu et Ki monta sur le trône. La technique de combat de son guerrier (« boxeur ») fit école.

Au XVIe siècle, le muay-thaï faisait partie de l’entraînement militaire. Le roi Naresuan le grand (r. 1590-1605) aurait encouragé sa pratique à ce titre3. Il atteignit sa plus grande popularité au début du XVIIIe siècle, sous le règne de Pra Chao Sua, “le Roi Tigre”. C’était le passe-temps favori de la population ; chaque village organisait des combats régulièrement. Le roi, qui était un boxeur de première force s’amusait à défier les champions locaux ! À l’époque les combattants protégeaient leurs poings en se bandant les mains avec du crin de cheval. Plus tard, le crin fut remplacé par des bandes de coton maintenues avec de la glu. On se servait de coquillages ou d’écorces d’arbres, comme coquille ! Parfois, avec l’accord des deux boxeurs, des morceaux de verre pouvaient être amalgamés dans la glu des bandages. À cette époque, les combats se déroulaient sans catégories de poids ni de limite de temps (combat dit « au finish »).

Selon une légende, Naï Khanom Tom, soldat et boxeur capturé par les birmans en 1767, fut opposé à dix champions birmans qu’il mit K.O.. Il est devenu un héros national, auquel les Thaïlandais rendent hommage chaque année à l’occasion de la « Nuit des boxeurs ».

Le ram-muay ou hommage royal

Considérée comme dangereuse, voire mortelle, la boxe thaïlandaise fut interdite en 1921. Puis, vers 1930, elle réapparut en adoptant les règles de compétition et les techniques de poings de la boxe anglaise (gants de boxe, ring, reprises, interdiction des coups de tête, etc.).

Sport national et véritable industrie, le muay-thaï fait vivre environ 200 000 personnes, boxeurs, entraîneurs, commerçants, etc. Cette gigantesque affaire commerciale est gérée par deux organisations composées de promoteurs, qui organisent des combats tous les jours. Le nombre de pratiquants est évalué à 100 000 et chaque semaine des centaines de combats ont lieu à travers le pays.

Grandes figures internationales des années 1980-1990

  • Fred Royers – Pays-Bas (KA, FC, KB, BT, SBF) – légende des boxes pieds-poings des années 1980.
  • Rob Kaman – Pays-Bas (également grand champion de kickboxing et autres boxes pieds-poings).
  • Samarth Payakaroon – Thaïlande : reconnu comme le plus grand technicien de tous les temps.
  • Krongsak Prakong-Boranrat – Thaïlande – légende en Occident.
  • Ramon Dekkers – Pays-Bas : champion du Monde de muay-thaï (premier combattant étranger à être nommé aux « boxe thaï awards » en Thaïlande).
  • Murat Comert – Turquie (KB, BT) – grand champion de muay-thaï des années 1980.
  • Peter Aerts – Pays-Bas : champion du Monde de muaythaï. Grand champion du K-1 Grand Prix.
  • Yussop Sor Tanikuhl – Thaïlande.

Les règles

L’organisation sportive de la boxe thaïlandaise se subdivise en de nombreux sigles et fédérations, si bien que le règlement peut revêtir des formulations diverses. Les règles reproduites ici sont extraites de celles appliquées dans les stades thaïlandais.

Tenue vestimentaire des combattants

Le short de Muay Thaï, avec l’inscription thaïlandaise signifiant « Muay Thaï »

Les boxeurs (nak-muays) se présenteront dans une tenue appropriée au combat, se composant d’un short et d’un suspensoir pour la coquille. Ils doivent combattre torse nu et pieds nus, mais sont autorisés à porter des chevillières. Ils peuvent nouer un ruban appelé « prajeet » autour d’un ou des deux bras. La coiffure sacrée appelée « mongkon » est permise durant les phases préliminaires et rituelles mais doit être retirée avant le début du combat.

Bandages et gants

Les jointures seront protégées par une bande élastique de trois mètres, fixée avec du ruban adhésif. Les gants peuvent aller de la taille 6 à la taille 16 onces.

Jeunes combattants